paz-paix- peace-shanti-la pé-pé-salam- pace-สันติภา-


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Afrique du Sud : Les métis n'ont pas la parole !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
metisse99

avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 47
t'es d'ou? : cote d'usure
rmiste ou chomeur : fin de droit
activité de glandage : internet
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Afrique du Sud : Les métis n'ont pas la parole !   Ven 23 Oct - 15:45

Avec 4 millions de personnes, les métis
représentent 8,5 % de la population sud-africaine. Instaurée comme une
catégorie à part par l'apartheid, cette communauté est souvent rejetée
par les Noirs comme les Blancs. Les artistes métis, relativement peu
nombreux, mettent en scène ce tiraillement.

Classe à part, les métis ont formé l'une des quatre catégories
imposées par l'apartheid, aux côtés des Africains, des Européens et des
Asiatiques. Avant la célèbre " loi sur l'immoralité ", qui a interdit à
partir de 1950 toute relation sexuelle mixte, les métis pratiquaient
déjà l'endogamie. L'Afrique du Sud des colons britanniques discriminait
suffisamment pour réserver à ses enfants illégitimes un sort
particulier, certes meilleur que celui des Noirs, mais tout de même de
second rang par rapport aux Blancs. Dans les familles métisses, les
arbres généalogiques remontent à plusieurs générations. Ils s'arrêtent
sur les enfants naturels que leurs pères blancs n'ont pas reconnus, ou
dont les familles des mères blanches n'ont pas voulu. Aujourd'hui
encore, quinze ans après la libération de Nelson Mandela, les mères
métisses ne manquent pas de s'extasier devant les enfants des rares
couples mixtes de la " nouvelle " Afrique du Sud. " Métis de la
première génération ", soulignent-elles, marquant le contraste avec les
cinq, six ou sept générations dont elles sont elles-mêmes issues…

Avec 4 millions de personnes, les métis représentent aujourd'hui 8,5 %
de la population (79 % de Noirs, 10 % de Blancs et 2,5 % d'Indiens).
Forte particularité régionale, 60 % d'entre eux résident au Cap. La
ville la moins africaine du pays, où ont débarqué en 1652 les premiers
colons hollandais, s'est distinguée pendant la lutte contre l'apartheid
par la révolte des Cape Flats, ses townships métisses. Improbable
communauté que celle des Cape Flats, noyée dans la drogue et l'alcool,
et qui ne semble reposer sur rien de plus tangible que la conscience de
sa fragilité.
Si les métis sont loin d'être les plus
pauvres, avec un revenu annuel moyen qui représente le double de celui
des Noirs, ils gardent la plus faible espérance de vie du pays : 62
ans, contre 63 ans chez les Noirs et 73 ans pour les Blancs. La
criminalité y est pour beaucoup. Malgré la mauvaise réputation de
Johannesbourg, c'est bien au Cap que tous les records de meurtres sont
battus, indiquent les chiffres de la police. Particularité troublante,
la majorité de ceux qui s'entre-tuent est des gens qui se connaissent.
Les agressions vont des petits meurtres entre amis éméchés aux
véritables batailles rangées, entre gangs de dealers se disputant le
territoire des townships.
L'Afrique du Sud métisse
existe-t-elle ? Quand ils parlent d'eux-mêmes, les intéressés mettent
souvent des guillemets. " So-called colored " (" soit disant métis "),
entend-on dans les conversations… Même dans les Cape Flats, un monde
sépare encore le descendant d'esclaves malais qui fréquente la mosquée
et milite contre toute forme de pouvoir, et le métis qui a embrassé la
religion, la cuisine et les opinions politiques de l'ancien " baas "
(maître, en afrikaans), votant toujours comme les Blancs, parlant
toujours l'afrikaans.




Ni Noirs, ni Blancs
En Afrique du Sud, plus qu'ailleurs, les métis souffrent d'être "
perçus comme n'étant ni Noirs, ni Blancs, bien qu'ils soient les deux
", résume J. M. Coetzee, Prix Nobel de littérature. Bessie Head,
romancière disparue en 1986, s'est battue avec l'écriture pour ne pas
intérioriser ce double rejet. Née d'une mère blanche et d'un père noir,
elle a été " placée " très petite chez un couple métis. Ce n'est qu'à
l'école des missionnaires blancs qu'elle apprendra brutalement la
vérité, de la bouche du directeur. " Ta mère était folle. Si tu ne fais
pas attention, tu vas devenir folle comme elle. Ta mère était blanche
et sa famille dut la faire enfermer parce qu'elle était enceinte d'un
garçon d'écurie noir " (cf. Africultures n°4, p. 36). Bessie Head est
confrontée, plus tard, à sa propre folie. Après plusieurs dépressions
et un mariage raté, elle est prise d'un accès de rage raciste. En 1969,
à 32 ans, elle se met à insulter tous les Noirs en vue, dans le village
du Botswana où elle s'est exilée. Son appartenance au Congrès
panafricain (PAC), un mouvement de libération nationale anti-Blanc qui
avait pour slogan " un colon, une balle ", lui a pourtant valu
l'emprisonnement et la torture en Afrique du Sud.
Zoë Wicomb
ne parle pas d'autre chose, dans ses livres, que du tiraillement entre
la souffrance de la discrimination, partagée avec les Noirs, et le
statut de privilégié qui va avec la classification métisse. Frieda, le
personnage principal de son recueil de nouvelles Une clairière dans le
bush (Le serpent à plumes, Paris, 2000), préfère partir en Angleterre
plutôt que d'essuyer le mépris de ses compatriotes, blancs comme noirs.
Bien qu'elle ait multiplié les voyages dans la " nouvelle " Afrique du
Sud, Zoë Wicomb elle-même n'a pas franchi le cap du retour. Elle
enseigne toujours dans une université écossaise.

http://www.france-metisse.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=863&Itemid=27
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.france-metisse.fr/index.php
 
Afrique du Sud : Les métis n'ont pas la parole !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des idées pour l'Afrique
» Zone Afrique Equatoriale
» (AFRIQUE DU NORD)
» 3 avril : 12e Festival couleurs d'Afrique à St-Hilaire-de-la-Côte
» Le Percheron étalon de l'année en Afrique du Sud.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
paz-paix- peace-shanti-la pé-pé-salam- pace-สันติภา- :: Cri contre l'injustice-
Sauter vers: